Accueil > Articles divers > Infos-générales > Baromètre des villes cyclables 2018

Baromètre des villes cyclables 2018

vendredi 23 mars 2018, par Sebastien

Sommaire
 
Histoire et succès
L’idée, le principe
Les objectifs
Et après ?
 
Analyse Labège
Analyse Toulouse
Autres communes prochainement.
 
 
Un grand merci à tous les répondants ! N’hésitez à pas nous rejoindre et à adhérer !
 
Résultats complets
 

Histoire et succès

L’Allemagne organise depuis 1998 le farrhadklimatest, autrement dit le baromètre cyclable, qui réunit 150 000 réponses et qui a acquis une notoriété importante. Créant une émulation entre villes, il permet aussi de cibler leurs points forts et les axes de progrès.
 
Devant ce succès, la FUB (Fédération Française des usagers de la Bicyclette) forte de 280 associations (dont 2 pieds 2 roues), représentant 30 000 membres, a reproduit ce sondage en France à l’automne dernier. Les 113 000 réponses ont dépassé tous les pronostics et impressionné jusqu’à la ministre des transports, Elisabeth Borne, qui a cité ce succès lors de son discours de clôture des assises de la mobilité en décembre dernier.
 
 

Un baromètre basé sur le ressenti d’un grand nombre de cyclistes

En 2013, l’ex mensuel Terra Eco avait établit un palmarès des villes cyclables et Toulouse (agglo) était montée sur le 3ième marche du podium avec pas moins de 15 % de sa voirie aménagée et 490 km d’aménagements cyclables. Ce classement basé sur du linéaire est différent sur celui du baromètre qui mesure le ressenti des cyclistes, pour caricaturer : la quantité face à la qualité. Bref, un prix du public !
25 items étaient ainsi proposés, balayant tous les aspects de la pratique du vélo, auxquelles la réponse pouvait aller de 1 (très défavorable) à 6 (très favorable).
 
 

L’objectif visé est multiple

  • capter le ressenti des cyclistes, d’où qu’il soit, pour essayer de mettre en avant les réussites et les points noirs pour la pratique cyclable
     
  • créer une saine émulation entre les villes pour tirer tout le monde vers le haut : qui ne souhaite pas faire partie d’un podium national (tout le monde peut y trouver sa place, les petites villes comme les plus grosses, grâce aux 5 classes en terme de nombre d’habitants).
     
     

Et après ?

Dans un premier temps, localement, les collectivités vont disposer d’informations précieuses des usagers pour affiner et prioriser leur politique et la décliner en programmation. 
 
Au niveau national, ce baromètre viendra appuyer les derniers arbitrages du plan vélo qui sera dévoilé dans le cadre de la loi d’orientation des mobilités à venir. 
 
A plus long terme, les candidats aux prochaines élections municipales ont entre leurs mains une belle base pour leur programme. D’ailleurs il sera intéressant de voir la progression/régression des villes. En effet, ce baromètre sera réitéré dans 2 ans et fin 2019 vous serez amenés à répondre à nouveau au questionnaires dont les résultats seront stratégiques puisque divulgués peu de temps avant les élections de 2020...

Version imprimable de cet article Version imprimable