Accueil > Dossiers > Réglementation, planification > Sécurité > Procès du chauffard meurtrier et fuyard lundi 8 novembre à 14h au palais de (...)

Procès du chauffard meurtrier et fuyard lundi 8 novembre à 14h au palais de justice de Toulouse. Conférence de presse à 11h30.

jeudi 4 novembre 2010

Procès du chauffard meurtrier et fuyard : l’Association Vélo se porte partie civile.
Conférence de presse lundi 8 novembre devant le palais de justice de Toulouse, place du Salin, à 11h30, suivi du procès à 14h.

Délibéré du jugement le 29 Novembre 2010Le chauffard a été condamné à 3 ans de de prison dont 18 mois avec sursis et annulation de son permis de conduire avec interdiction de le repasser avant un an.
L’Association Vélo a été déboutée de sa constitution de partie civile.

Article de la Dépêche


Le 3 avril 2009, Jonathan Magonthier, un étudiant de 19 ans circulant à vélo, se faisait mortellement faucher par un automobiliste qui prit ensuite la fuite, avant d’être appréhendé 24 heures plus tard alors qu’il cherchait à faire réparer discrètement son véhicule. Ces circonstances particulièrement dramatiques, le délit de fuite du chauffard qui a lâchement refusé d’assumer les conséquences de ses abus manifestes (vitesse trop élevée, alcool), le lieu emprunté quotidiennement par des milliers de cyclistes, et notamment des étudiants, ont contribué à renforcer l’émotion des cyclistes toulousains.

L’accident dont a été victime Jonathan Magonthier illustre l’insuffisance des aménagements routiers et urbains prévus pour la circulation des cyclistes, le mépris dans lequel sont tenus les cyclistes par certains conducteurs d’automobiles et le danger que ces derniers leur font consciemment courir.

La section des boulevards sur laquelle s’est produit l’accident, avenue Paul Séjourné, est particulièrement hostile pour les cyclistes, malgré la présence de nombreux logements et d’une cité universitaire. Section aménagée en 2x2 voies, elle favorise la vitesse des véhicules qui arrivent lancés à vive allure depuis le pont des catalans. L’association Vélo réclame depuis de nombreuses années des aménagements visant à réduire la vitesse des véhicules sur cette section, avec notamment la création de couloirs bus. Malheureusement, aucun aménagement conséquent n’a été réalisé au cours des 18 mois qui se sont écoulés depuis ce drame.

Pour toutes ces raisons, afin que ce drame soit le dernier, l’Association Vélo a décidé de se porter partie civile aux côtés de la famille de Jonathan Magonthier, constituant en cela une première en France. Pour que justice soit rendue. Pour que les cyclistes puissent circuler en toute sécurité dans notre ville.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Adhérez !

Accédez à la page ici

Archives

Par ici