Accueil > Dossiers > Aménagements > Véloroutes et Voies Vertes > Réponses des candidats isolés (élections départementales)

Réponses des candidats isolés (élections départementales)

Voilà les nombreuses réponses positives reçues de candidats non rattachés à des listes complètes (« Haute-Garonne en Commun » et « Les candidats EELV en Haute-Garonne »), ils ont des étiquettes variées : LR, UDI, LREM, Modem, Société civile, …



Les réponses des candidats aux élections départementales : candidats « isolés »

Par ordre chronologique

Liste
=1- Aurélien Andreu-Seigne (AGIR) et Elisabeth Tourneix-Pallme (LERM) Canton Tournefeuille (Haute-Garonne)
=2- Jacqueline Winnepenninckx-Kieser (MODEM) et Bernard Cabrières (LREM) Canton Toulouse 4 (Haute-Garonne)
=3- Serge Bladinières et Fabienne Sigaud Canton Puy-l’Evêque (Lot)
=4- Laurence Leroy et Maxime Boyer Canton Toulouse 8 (Haute-Garonne)

Réponse de Aurélien Andreu-Seigne (AGIR) et Elisabeth Tourneix-Pallme (LERM)

Candidats Canton Tournefeuille (Haute-Garonne)

reçue par 2P2R-délégation AF3V le 10 Mai 2021

Monsieur Savary,

Merci pour votre sollicitation et notre entretien de samedi. Il était riche en échanges et en perspectives pour le développement du vélo dans notre département.
Nous signons sans réserve les 10 engagements pour développer le Vélotaf grâce aux voies vertes.

En effet, les voies vertes permettent de pratiquer le vélo dans un cadre sécurisé et de qualité environnementale.

Sur notre canton, nous sommes attachés tout particulièrement à la réalisation du premier tronçon de la voie verte du canal de Saint Martory de Villeneuve-Tolosane, Cugnaux et Tournefeuille.

Notre volonté, si nous sommes élus au conseil départemental, c’est de réaliser des voies vertes le long de toutes les rivières et canaux de la Haute-Garonne.

C’est pour cela que le conseil départemental devra s’engager dans la réalisation du grand parc du Touch, ainsi que celui de l’Hers, de la Garonne et du Canal du Midi et des 2 mers.

Notre avis sur les 10 engagements  :

1. Les collectivités pour agir efficacement, avec bon sens et pragmatisme, ont la nécessité de travailler en partenariat avec les usagers des équipements qu’elles construisent. Le comité d’itinéraire des usagers va dans ce sens.

2, 3. Les matériaux employés dans la réalisation des voies vertes se doivent de respecter cette logique de protection de l’environnement compatible avec l’activité humaine. La recherche et le développement dans les travaux publics vont dans ce sens. Nous les soutenons pour trouver des solutions adaptées aux usages et à l’écosystème des voies vertes.

4. L’intérêt de la voie verte est d’être dans un cadre environnemental de qualité. Cela la distingue des pistes cyclables. Il est donc indispensable de garantir la biodiversité le long de ces axes. Emprunter une voie verte doit se faire avec un esprit écoresponsable.

5,6,8. La sécurité des cyclistes et piétons sur les voies vertes est la condition nécessaire pour que ces axes deviennent des itinéraires de mobilité privilégiés par les usagers. Sans sécurité, l’investissement public sera inefficace. Nous souhaitons donc que les flux piétons / cycles soient clairement distincts sur les voies vertes. De ce fait, la largeur des 5 m est nécessaire mais peut être parfois difficile à obtenir. Il conviendra donc d’étudier l’aménagement des deux rives dans ces cas-là. Enfin, les intersections sont des aménagements sensibles. La priorité de la voie verte doit être matérialisée par de la signalisation importante pour les véhicules qui doivent la traverser.

7. Les voies vertes ne sont pas que des axes de loisirs mais des axes de mobilités. L’interconnexion avec les autres moyens de transports est évidente. Pour cela, la logique vélotaf doit influencer les collectivités responsables du ferroviaire et des transports en commun afin que les cyclistes puissent stationner et utiliser ces transports en sécurité.

9. Soucieux de l’argent public, il serait irresponsable d’engager des budgets d’investissement importants dans les voies vertes sans prévoir les coûts de fonctionnement. Pour cela, les matériels d’entretien dimensionnés pour les pistes cyclables et voies vertes doivent être acquis car trop souvent, ces axes se dégradent faute de moyens adaptés.

10. Nous soutenons le projet Vélo expresS porté par AF3V.

Bien cordialement,

Aurélien ANDREU-SEIGNE & Elisabeth TOURNEIX-PALLME

https://inventonsnotrefutur.fr/

Réponse de Jacqueline Winnepenninckx-Kieser (MODEM) et Bernard Cabrières (LREM)
Candidats Canton Toulouse 4 (Haute-Garonne)

reçue par 2P2R-délégation AF3V le 19 Mai 2021

Bonjour Julien Savary,
Suite à notre rencontre du 27 avril, nous vous confirmons notre soutien aux engagements de l’AF3V en faveur du développement des voies vertes.
Vos propositions sur les voies vertes sont d’autant plus remarquables qu’elles sont dédiées à la fois aux marcheurs et aux cyclistes, pour un partage de l’espace apprécié car mieux sécurisé. Elles sont aussi un moyen de valoriser les déplacements durables et la santé de chacun.

Elue sortante du Conseil Départemental de la Haute Garonne, et en charge de la délégation Modes actifs à la Mairie de Toulouse jusqu’en 2020, je me suis mobilisée depuis 6 ans pour faire évoluer les pratiques du Conseil Départemental sur le sujet de la mobilité durable, bien peu prise en compte (cf le rapport d’activités de 2019, vantant l’aide apportée à la création de 2470m d’aménagements cyclables...).
Ma voix a commencé à se faire entendre fin 2019, avec l’annonce de la participation du CD31 au Réseau Express Vélo initié par Toulouse Métropole.
Il est à souhaiter que les promesses indiquées dans les engagements de la "Majorité Départementale" indiqués sur votre site soient suivis d’effet.

Pour mon engagement en faveur des voies vertes, voir en particulier le vœu déposé en Octobre 2020.

Notre attention sera portée dans le canton sur lequel nous nous portons candidats, sur les aménagements du Canal du Midi en particulier. Comme futurs conseillers départementaux , nous nous engagerons aussi sur l’ensemble du département.

Avec Bernard Cabrières, nous signons des deux mains les engagements, avec des remarques/réserves spécifiques sur 2 items :

6. Généraliser la priorité donnée aux piétons et aux cyclistes  : A adapter selon les spécificités des voies traversées : route nationale ou chemin communal, afin d’éviter les accidents. Si cette priorité est trop irréaliste, elle ne sera pas respectée.

8. Prévoir une largeur de 5 m pour les voies vertes  : Elle sera particulièrement pertinente le long du Canal du Midi à aménager des deux côtés, en raison du fort trafic cyclable et piétonnier sur le territoire de la Métropole et du Sicoval.
Elle sera à adapter en fonction de la topographie : il vaut mieux parfois accepter une largeur réduite dans les voies contraintes (routes de montagne,...) ou de faible fréquentation que de se limiter à une exigence systématique qui verrait l’abandon des projets irréalisables financièrement.

Bien cordialement

Jacqueline Winnepenninckx-Kieser et Bernard Cabrières

Réponse de Serge Bladinières et Fabienne Sigaud
Candidats Canton Puy-l’Evêque (Lot)

reçue par 2P2R-délégation AF3V le 07 Juin 2021

Bonjour monsieur Savary, veuillez m’excuser pour le retard à vous répondre.
Je suis tout à fait d’accord avec vos 10 propositions qui sont à adapter en fonction de la localisation de la voie (rurale ou urbaine).
Comme vous l’évoquez, à la Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble nous avons déjà réalisé un premier tronçon de Voie Verte de 7 km Soturac-Puy-l’Evêque, avec un revêtement en enrobé, et nous lançons cette semaine l’appel d’offres pour la réalisation de 8 km supplémentaires.

Cette nouvelle Voie Verte remplacera l’itinéraire de la Véloroute de la vallée du Lot qui était jusqu’à présent sur routes peu circulées, et par sa bonne qualité elle favorisera l’usage par tous types d’usagers (piétons, cyclistes, rollers, personnes en situation de handicap, …) et les déplacements utilitaires pour aller travailler, faire des courses, aller à l’école et au collège, …

Bien cordialement
Serge Bladinières

Réponse de Laurence Leroy et Maxime Boyer
Candidats Canton Toulouse 8 (Haute-Garonne)

reçue par 2P2R-délégation AF3V le 12 Juin 2021

Cher Monsieur SAVARY, Suite à notre rencontre, je me permets de vous faire ce retour comme convenu.

Nous adhérons à l’ensemble de vos dix propositions avec deux réserves.

La première porte sur la proposition 5 : "Supprimer les barrières inadaptées et les potelets dangereux". Nous souhaitons évidemment supprimer tous les obstacles dangereux pour les cyclistes. Toutefois l’expression "barrières inadaptées" demeure trop vague et quelque peu subjective quant à son interprétation. Ainsi, je ne considérerais pas qu’une barrière est inadaptée si elle permet de sécuriser une voie verte (exemple : une sente du quartier de Borderouge) à son entrée et à sa sortie. Certaines de ces voies sont régulièrement empruntées par des scooters et autres engins deux roues motorisés, pour faire du rodéo, comportements dangereux pour les piétons et les cyclistes. Comme Maire de quartier, je suis régulièrement sollicité pour des problèmes de rodéos sur ces sentes au détriment de la quiétude qu’elles inspirent et de leur utilisation apaisée par les piétons et les cyclistes. Cycliste moi-même comme vous le savez j’ai pu observer personnellement ces comportements. Je préfère ainsi conserver une certaine prudence quant à l’interprétation de l’inadaptation.

La seconde réserve est relative à votre proposition 8 : "Prévoir une largeur de 5 mètres pour les voies vertes". Je comprends aisément la nécessité de disposer d’une largeur suffisante de 5 mètres pour la circulation des vélos sur des voies vertes, toutefois certains espaces exigus ne permettent pas la réalisation d’une voie de 5 mètres en raison de contraintes physiques. Si ces 5 mètres constituent un idéal à atteindre, j’adhère.
Si cette largeur est en revanche une condition indispensable, certains projets de voies vertes ne disposant que d’une largeur de 4,5 mètres par exemple ne pourraient voir le jour, ce que je considérerais dommageable dans certaines situations. En effet, nous sommes sur le canton 8 avec un paysage urbain déjà existant et un patrimoine architectural et végétal qui s’impose à nous.
Ma suggestion serait que l’on puisse faire au mieux, en tendant vers les 5 mètres autant que possible. Si cela n’est pas possible en revanche ne pas pour autant compromettre la réalisation d’une voie verte. Je préfère l’idée d’un seuil plancher qu’un seuil plafond ayant force obligatoire.

Enfin, pour approfondir vos propositions, je tiens à vous signaler que nous considérons le sujet des transports comme étant un vecteur important de développement durable de nos territoires. C’est pourquoi nous militons pour que le Conseil départemental de la Haute-Garonne développe un partenariat structuré et de long terme avec la Métropole de Toulouse afin qu’il investisse à ses côtés en faveur du Réseau Express Vélo et du déploiement d’un réseau de transports en commun efficace et propre pour désenclaver certains quartiers de Toulouse et de Launaguet. Ainsi, le Conseil départemental devrait investir dans le RER du Nord Toulousain, pour désengorger nos axes routiers, au bénéfice des gares de la Vache, Lalande et Aucamville, commune voisine de Launaguet.

Enfin, nous avons une proposition qui nous tient à cœur et qui fait échos à votre proposition 10, considérant le vélo sous l’angle de l’inclusion sociale. Avant tout, nous considérons que cette proposition mériterait d’être étudiée si nous sommes élus. Nous préférons faire preuve de prudence quant à sa mise en œuvre et ne pas faire ainsi de promesse intenable. Le développement exponentiel de l’usage du vélo par nos concitoyens en milieu urbain est certain, toutefois force est de constater qu’il n’attire que certaines catégories socio-professionnelles au-delà des enfants et des seniors : CSP+, étudiants, jeunes cadres...
Pour disposer de quartiers prioritaires de la Politique de la Ville sur le canton sur lequel nous nous présentons, nous avons pu constater un certain déterminisme social quant à l’usage du vélo, alors qu’il s’agit d’un des modes de déplacement les moins polluants certes, mais aussi les moins coûteux. Existe-t-il une inégalité d’accès au vélo ? Des barrières culturelles et/ou sociales ? Une multiplicité de raisons peuvent coexister et se cumuler. Afin de "démocratiser" son accès auprès de toutes et de tous, et percevoir le vélo comme un vecteur d’inclusion sociale, nous souhaitons proposer un vélo aux collégiens, a priori que les 3ème, titulaires de l’Attestation scolaire de sécurité routière. Nous désirons permettre ainsi à de nouvelles générations de s’approprier ce mode de déplacement afin de combattre de possibles considérations culturelles ou sociales, en faveur potentiellement d’une filière économique locale autour du vélo, créatrice d’emplois locaux.

Nous vous remercions de l’attention que vous portez à notre candidature.

Demeurant à votre disposition. Sincèrement vôtre, Maxime Boyer

Version imprimable de cet article Version imprimable

Mis à jour le jeudi 24 juin 2021, par Julien Savary


Top 3 velobs

  • 100 votes pour un Point noir, absence d'aménagement à Toulouse Metropole [Pole 3] Pole territorial Est
  • 71 votes pour un Point noir, absence d'aménagement à Toulouse Metropole [Pole 3] Pole territorial Est
  • 22 votes pour un Aménagement mal conçu à Toulouse Metropole [Pole 3] Pole territorial Est
Top 5 par commune
Toutes les observations

Adhérez !

Accédez à la page ici