Accueil > Dossiers > Aménagements > Autres aménagements > Analyses de la cyclabilité Castanet - CNES

Analyses de la cyclabilité Castanet - CNES

lundi 24 mars 2014, par Jean-Louis et Martine CHARPENTEAU

L’objet du présent document est d’apporter une analyse factuelle des conditions de circulation et de sécurité des voies cyclables depuis Castanet-Tolosan vers le CNES.

Préparé par S. Rouquette, pour l’association des cyclistes du CNES Bicycnes.

Analyse des parcours cyclables au Sud du Cnes 
Préparé par S. Rouquette, pour l'association des cyclistes du Cnes Bicycnes. 
15/05/2012 
 
Bicycnes 
Association des cyclistes au quotidien du CST (Centre Spatial de Toulouse) 
18 avenue Edouard Belin 
31401 Toulouse cedex 9 
bicycnes@gmail.com 
 
Avant-propos 
Bicycnes est une association d'utilisateurs du vélo comme moyen de déplacement principal. Les membres qui la constituent travaillent sur le site du Centre spatial de Toulouse. L'association regroupe 130 personnes. 
 
L'objet du présent document est d'apporter une analyse factuelle des conditions de circulation et de sécurité des voies cyclables depuis Castanet-Tolosan vers le Cnes. 
Cette analyse est basée sur des parcours réels effectués entre le mois de juin 2011 et le mois de mars 2012. Ainsi, une grande variété de situations a été expérimentée, tant en terme de circulation automobile que de conditions météo. 
Les conclusions principales peuvent être résumées ainsi : 
-  il apparaît impératif au cycliste de rejoindre les pistes du Canal du midi afin d'éviter les infrastructures urbaines et limiter le contact avec la circulation auto ; 
-  nous notons un effort de mise en place d'aménagements urbains, en particulier dans Castanet-Tolosan et Ramonville ; 
-  les aménagements urbains sont parfois inadaptés et exposent les cyclistes à un risque important d'accidents corporels ; 

le risque émane de la proximité avec les voies automobiles, de l'interruption fréquente des 
pistes, de la faible largeur de celles-ci, de la mixité piéton-vélo sur des bandes à double 
sens étroites et de la présence de poteaux sombres en métal sur les pistes ; 
- il nous paraît important d'apporter des modifications et une adaptation des pistes cyclables afin de protéger au mieux les personnes qui les empruntent. 
Le document présente des parcours type au départ de Castanet. Les cheminements sont décrits et agrémentés de photos pointant les anomalies principales, conduisant à une forte exposition des cyclistes. 
Des alternatives sont envisagées pour éviter les difficultés identifiées. 
 
Le document initial datant de 2012 a été mis à jour au 10/01/2014. 

Introduction 
De nombreuses personnes ont choisi de favoriser l'option cycliste pour effectuer de petits trajets domicile-travail. Ce choix a des raisons multiples :  

sur un trajet de moins de 5 km, il offre une meilleure rentabilité temporelle et financière que la voiture ou les transports en commun ; 
- il relève bien sûr de la facilité de mise en œuvre ; 
- il peut contribuer au bien être physique de l'utilisateur ; 
- le vélo est un faible producteur de CO2, sa pratique est écologique. 
Souvent, ce choix est conforté par une volonté d'engagement citoyen. Mais cet engagement ne saurait prévaloir face aux risques encourus par celui qui le prend. Il convient de mettre en œuvre des infrastructures qui permettent à une plus large part de la population de faire ce choix en sécurité. La sécurité est à ce titre un élément essentiel. 
Dans une perspective d'évolution du trafic aux abords de Toulouse (de nombreuses résidences en construction à Castanet, Auzeville, Ramonville), il est important de proposer des voies de circulation monomodales séparées les unes des autres. L'interpénétration des différentes modes de déplacement est un risque essentiellement porté par les piétons et les cyclistes. Il est primordial d'insister sur ce point afin de comprendre que la présente démarche relève d'une question de sécurité. 
Dans les descriptions suivantes, nous nous placerons dans le cas de l'utilisation de différents types de vélos :  
- vélo de ville (longueur 2m, largeur de cintre 60cm, pneus 28"x2.0), 
- VTT (longueur 2m, largeur de cintre 60 cm, pneus 26"x2.0), 
- tricycle (longueur 2m, largeur 110cm, pneus 20"x2.0), 
- tandem (largeur de cintre 60cm, pneus 28"x2.0), 
- vélo avec remorque enfant (vélo type VTT + remorque largeur 100cm, longueur totale de 
l'attelage 3 m), 
- vélo couché (longueur 2m, largeur 60cm, pneus 20"x2.0). 
 
L'objectif est de déterminer dans quelle mesure les aménagements sont accessibles à tous les types de cycles ou si certains d'entre eux sont exclus ou particulièrement exposés aux risques. Ce travail est réalisé suite à une pratique intensive des infrastructures offertes. Il est fait de manière pragmatique et l'analyse se veut objective. 

Résumé des conclusions et recommandations principales 
 
Les aménagements existant entre Castanet et la zone Sud du Cnes ne permettent le passage qu'aux vélos dits traditionnels. L'accès est en grande partie empêché aux vélos couchés, vélos caisse, vélos avec remorque enfant et tricycles. Or ces catégories de véhicules sont en constante augmentation du fait des choix de déplacements de la population citadine. 
Il convient donc de procéder à des adaptations nécessaires, tant en terme de confort de circulation 
que de sécurité des cyclistes. 
 
En premier lieu il convient de séparer les différents types de déplacement. Cela signifie : 
- séparation des pistes cyclables et piétons, 
- limiter les intersections entre les voies cyclables et automobiles. 
Il convient également de faciliter la circulation des vélos en limitant les changements de direction 
aigus et les obstacles sur leur parcours. 
Dans le détail, on retiendra en particulier : 
- élargir les voies cyclables au minimum recommandé de 1,5m par sens de circulation, afin 
de ne pas exclure les tricycles, remorques, vélos couchés, 
-  supprimer les chicanes. Les chicanes font l'objet d'une demande de suppression globale dont l'Association Vélo Toulouse est à l'origine, 
- supprimer les poteaux métalliques le long de la D813 et dans Castanet, 
- marquer les traversées de rue par peinture verte (damier) et priorité aux cycles comme aux piétons (feux tricolores commandables). Suppression des panneaux de signalisation 
"Céder le passage" à l'attention des cyclistes. Remplacement par des panneaux à l'intention des automobilistes, 
-  supprimer les trottoirs saillants, bordures et du revêtement le long de la D813 et dans Castanet, 
- mise en place d'une voie d'accès à la rue des ormes praticable par tous les vélos. 

Parcours 1 : piste cyclable D813 
Analyse 
Ce parcours a été emprunté durant 10 mois à une fréquence moyenne de 3 trajets aller-retour par semaine. Le trajet global de Castanet vers le Pont de Mange pomme couvre une distance de 3.85km, dont 3 km de piste le long de la D813. 
La piste est globalement très bien revêtue. 
Sa largeur moyenne est de 2m pour une circulation à double-sens des piétons et cyclistes, ce qui représente 1m par direction de circulation (50 cm par mode de déplacement). La largeur d'un vélo étant de 60cm minimum, on note déjà la trop faible largeur des voies qui exclut par ailleurs les tricycles et vélo avec remorque. Dans la recommandation de l'AFNOR (fascicule P 98-350), la largeur recommandée de la piste cyclable est de 1,50 m pour un sens ! 
Sur la portion D813 (3km), on compte 19 points d'accès à la route par des voies perpendiculaires, dont 10 interruptions de la piste par des voies de circulation et 9 accès à des maisons particulières. 
La longueur de portion moyenne est donc de 160m. Les traversées de routes se font sur des passages piétons et ne sont pas signalées aux automobilistes. De plus, la priorité semble être acquise aux automobiles qui circulent à vitesse élevée sans laisser le passage aux vélos. 
2 fois par semaine, les containers de déchets ménagers se trouvent régulièrement sur la piste cyclable. 
Les accès perpendiculaires sont souvent en situation de fort décalage de niveau (trottoirs et rebords ou dos d'âne) et mauvaise visibilité. 
On peut compter 40 poteaux sur 3km ce qui représente un fort risque de collision, sachant que leur espacement latéral est de moins de 1m, ce qui exclu les tricycles et remorques. En hiver, le retour vers Castanet se fait face aux automobiles. La visibilité de nuit est extrêmement réduite. La couleur sombre des poteaux métalliques accentue le danger de collision. 
Ces pistes ne sont donc utilisables que par des vélos "standards", toutefois dans des conditions de circulation qui exposent grandement les cyclistes aux risques de collision (obstacles, poteaux, automobiles, piétons). 
Enfin, les cyclistes en arrivée depuis la rive "coteaux" ne peuvent accéder que difficilement à la bande cyclable et inversement, située à l'opposé, la traversée étant impossible en dehors des voies routières. 
 
Ces éléments conduisent de nombreux cyclistes à choisir en dernier recours la voie centrale de bus pour circuler. Ils sont pour la plupart conscients que cette solution n'est pas sans danger (exposition aux traversées de ronds-points). Il va de soi que ce choix est fait en conscience, mais en désespoir de cause. Ce n'est pas une solution de facilité irresponsable ou le résultat d'une mauvaise volonté de leur part. C'est bien au contraire pour limiter leur exposition et pour circuler de manière fluide qu'ils font ce choix, en raison d'une infrastructure inadaptée à leur mode de transport. 
 
Mais, la voie est large, sans poteaux et les intersections sont bien moins nombreuses (3 accès seulement). La fréquence des bus est d'environ 1 par 10 min. Sur un trajet de 3 km à 15km/h de 
moyenne pour un vélo (et 30km/h pour un bus (avec arrêts), la probabilité de rencontre dans le même sens de circulation est inférieure à 50% (le vélo va passer 12 min sur le trajet, le bus 6 min, soit au maximum 1 rencontre). La probabilité de rencontre d'un bus dans le même sens et d'un bus en sens contraire au même moment est encore plus faible. 
 
Les photos ci-dessous illustrent ces éléments. Elles portent un numéro qui renvoie à leur position sur le plan. 


12 
11 

10





2, 3, 4

 
Carte présentant le trajet global de Castanet vers le Pont de Mange pomme par la D813. 



1) 
 
Barrière : rue Georges Vallery. Passage difficile à VTT (largeur 80cm), impossible avec remorque vélo, tricycle, vélo couché, tandem. Il est alors nécessaire d'effectuer un détour de plus d'1km par l'Av. du Dr. Delherm et la rue des Ecoles qui comportent de nombreux poteaux. 
2) 
 
Poteaux sombres et rebord de trottoir débordant : débordements de trottoirs très dangereux. Seule la partie droite de la piste est utilisable pour une largeur de 1m.  



 
3) 
 
 
 
Boulon de fixation affleurant : taille L10cm x H5cm. Extrêmement dangereux car peu visible et très 
saillant. 


 
4) 
 
Accès maison : mur haut pas de visibilité d'accès + poteaux sombres. 



5) 
 
 
Nombreux poteaux métalliques et accès maisons particulières 


6) 
 
Trajectoire en dos d'âne et plusieurs accès maisons individuelles. De nombreux vélos "passent à 
gauche" où la piste est plus homogène. 


 
Containers individuels rangés sur la voie cyclable. 



7) 
 
 
Traversée du Chemin de Bordé rouge. Trajectoire à angles aigües très difficile, poteaux 
métalliques différemment positionnés (tantôt en milieu de voie tantôt en bordure) et 3 voies de 
circulation à traverser. Carrefour extrêmement dangereux et impraticable pour tout autre vélo que 
vélo de ville et VTT. 



8) 
 
 
Rebord de trottoir et revêtement : absence de revêtement à gauche et trottoir de 5cm de hauteur 
sur la moitié droite de la piste. Passage difficile pour tout autre vélo que vélo de ville et VTT. 
 



9) 
 
 
Traversée de l'avenue de l'Agrobiopole. Trajectoire à angles aigües difficile, poteaux métalliques 
(en bord de piste cette fois-ci) et 2 voies de circulation à traverser. Seule la partie centrale est 
utilisable en raison de rebords de trottoirs saillants. Carrefour dangereux et impraticable pour tout 
autre vélo que vélo de ville et VTT. 


10) 
 
Accès ENSAT : Trajectoire à angles aigües difficile, poteaux métalliques (au milieu de la piste 
cette fois-ci) et 1 voie de circulation à traverser. Carrefour dangereux sans visibilité et difficile pour 
tout autre vélo que vélo de ville et VTT. Le mur altère la visibilité et ferme la trajectoire en sens 
inverse. Ses aspérités sont très dangereuses. Le panneau "fin de piste cyclable" montre bien la 
priorité faite aux automobiles, alors que ce sont celles-ci qui interceptent la trajectoire cyclable. 



 
 
 
Accès ENSAT : Trajectoire à angles aigües, forte pente, poteaux métalliques (au milieu de la piste 
cette fois-ci) et 1 voie de circulation à traverser. Carrefour dangereux sans visibilité et impraticable 
pour tout autre vélo que vélo de ville et VTT. Le mur altère la visibilité et ferme la trajectoire en 
sens inverse. Ses aspérités sont très dangereuses. Le panneau "fin de piste cyclable" montre bien 
la priorité faite aux automobiles, alors que ce sont celles-ci qui interceptent la trajectoire cyclable. 
Présence de rebords de trottoirs saillants. Dans le sens Ramonville-Castanet, la visibilité est nulle 
pour les autos. 



11) 
 
Accès rue des ormes : pour rejoindre la piste du Canal du Midi. Accès uniquement par escalier. 
L'autre solution consiste à passer le rond-point de Ramonville pour rejoindre l'avenue Tolosane et 
la rue du 8 mais 1945, puis le chemin de Mange pomme. Soit un détour de 400m sur voie 
automobile. 
 
12) 
 
Passage du rond-point de Ramonville : La circulation à ce carrefour est très dense. Il n'est pas 
facile de traverser le flux. La présence du feu tricolore "piéton-cycle" est très bonne à ce titre. Mais 
les rebords de trottoirs sont saillants et dangereux. 
 

Recommandations 
 
Seuls les vélos dits traditionnels peuvent emprunter ces voies cyclables, non sans difficulté 
toutefois. Afin de remédier aux difficultés de circulations décrites ci-dessus, il conviendra d'opérer 
les modifications suivantes. 
 
Supprimer les barrières en 1). Les chicanes font l'objet d'une demande de suppression globale 
dont l'Association Vélo Toulouse est à l'origine. 
Supprimer les poteaux métalliques le long de la D813 et dans Castanet. 
Marquer les traversées de rue par peinture verte (damier) et priorité aux cycles comme aux piétons 
(feux tricolores commandables). Suppression des panneaux de signalisation "Céder le passage" à 
l'attention des cyclistes. Remplacement par des panneaux à l'intention des automobilistes. 
Reprise des trottoirs en 2) 8) 9) 10) 12). 
Reprise des murs en 10). 
Reprise du revêtement en 3) 8) et dans Castanet (bd des genêts). 
Mise en place d'une voie d'accès à la rue des ormes praticable par tous les vélos en 11). Cela 
suppose une voie de pente maximale 10% et 2m de large. 
Elargissement des pistes cyclables (monomodales) à 2m minimum afin de ne pas exclure les 
tricycles, remorques, vélos couchés, … vélos de plus en plus utilisés. 
Séparation des pistes cyclables et piétons sur la D813, comme c'est le cas dans Castanet. 
Une alternative aux lourds mais nécessaires aménagements de la piste D813 consiste à autoriser 
les cycles sur la voie de bus, avec un minimum de modifications (peinture au sol essentiellement 
et commande des feux tricolores). Solution à discuter si elle était préférée aux précédents 
aménagements. 
 
Situation fin 2013 : Aucun des aménagements demandés n'a été réalisé, malgré un contact 
avec la commune de Castanet (service technique) fin 2012 et tout début 2013. 

Les points dangereux n'ont pas été traités. 
Sur la commune d'Auzeville, les travaux de construction empiètent régulièrement sur la 
voie (terre, véhicule, …). 

La végétation qui borde la piste (arbres et plantes) s'est étendue, ce qui restreint encore la 
largeur de piste, la hauteur sous les branchages et la visibilité notamment aux intersections. 

Plusieurs accrochages et accidents (dont 1 très sérieux avec hospitalisation de plusieurs 
semaines) se sont produits sur le tronçon sans que la voie de circulation n'ait subi la 
moindre adaptation. 

De plus en plus de cyclistes empruntent donc la voie centrale de bus afin de réduire le 
risque encouru sur la piste dite cyclable. 

LES RECOMMANDATIONS RESTENT DONC VALABLES DANS LEUR TOTALITE ! 


Parcours 2 : centre ville de Castanet vers écluse de Castanet 
Analyse 
Le parcours emprunte la rue des peupliers, l'avenue Marie Laurencin, le bd des genêts et l'avenue 
Pierre Mendès France. Des pistes cyclables équipent ces voies, comme indiqué dans la carte ci-
dessous. Si elles sont larges et séparées des routes, ce qui est une très bonne chose, leur 
revêtement peut être de très mauvaise qualité (avenue des genêts, présence de racines). La 
circulation est rendue difficile par la présence de poteaux sombres interdisant encore l'accès aux 
tricycles ou remorques. En particulier, à l'intersection de la rue des peupliers et de la rue 
Marguerite Yourcenar, des poteaux interdisent le passage des vélos larges et gêne fortement le 
passage aux vélos traditionnels (. 
Là encore, 2 fois par semaine, les pistes sont régulièrement encombrées par des containers de 
déchets. Le trajet rue des peupliers vers l'écluse de Castanet représente un détour de 2.5 km par 
rapport au parcours initial de 3.85 km, soit près de 65% de plus ! 
 
 



< 80 cm 
 
 
Un passage extrêmement dangereux à l'intersection de la rue des peupliers et de la rue 
Marguerite Yourcenar. Les poteaux sont disposés en quinconce et leur espacement autorise juste 
le passage de vélos traditionnels.  


 
Sur le Bd des genêts, intersection avec rue des Fontanelles. Des poteaux noirs sont disposés au 
ras du sol. Ils sont extrêmement dangereux particulièrement de nuit. Ils ne permettent pas le 
passage de vélos autres que vélo de route et VTT en raison de leur écartement ou de leur 
disposition. 
 
Recommandations 
Supprimer les poteaux métalliques dans Castanet. 
Marquage des traversées de rue par peinture verte et priorité aux cycles comme aux piétons (feux 
tricolores commandables si nécessaire). Suppression des panneaux de signalisation "Céder le 
passage" à l'attention des cyclistes, avec mise en place de la règle du "tournez à droite". 
 
Situation fin 2013 : Aucun des aménagements demandés n'a été réalisé, malgré un contact 
avec la commune de Castanet (service technique) fin 2012 et tout début 2013. 

Les points dangereux n'ont pas été traités. 
La végétation (limitrophe de propriétés privées) en bordure de certaines portions s'est 
étendue, gênant la circulation et la visibilité. 

LES RECOMMANDATIONS RESTENT DONC VALABLES DANS LEUR TOTALITE ! 
 


Parcours 3 : INRA par Allée des Tamaris 
Analyse 
Cette alternative offre l'avantage de ne pas suivre la piste le long de la D813. Le parcours en est 
plus aisé. Il emprunte la rue Marguerite Yourcenar, l'allée de Tamaris et l'allée des pommiers vers 
le quartier pont de bois. La piste est séparée de la chaussée et en assez bon état. Cependant, 
quelques aménagements ne permettent pas de circuler en sécurité. Comme déjà cités plus haut, 
de nombreux poteaux métalliques gênent le passage des vélos équipés de remorques. Un 
passage est particulièrement dangereux avec une double barrière et une buse en béton au milieu 
de la piste, particulièrement invisible de nuit. Ces éléments sont à supprimer. 
Plus loin, l'accès au Pont de Mange pomme par l'Ensat présente de nombreux inconvénients. Le 
revêtement est parfois en gravier ou en terre, il présente des trous ou des affleurements de 
bouches d'égout très dangereux. Par temps de pluie; le sol est boueux et rend impossible l'accès 
sans équipement (pantalon de pluie, surchaussures, …). 
 
 
 



 
Chicane très difficile à franchir entre la Rue Camille Claudel et l'Allée du champ long. 
L'espacement entre les barrières interdit le passage sans poser le pied, sans justification du point 
de vue de la sécurité. 
 
Buse en béton au milieu de la piste très difficile à franchir entre la Rue Camille Claudel et l'Allée du 
champ long. Aménagement inutile et dangereux. 




 
Vue de dessus de la zone décrite ci-dessus. 
 
 
Des poteaux sombres marquent les intersections dans l'Allée des Tamaris. Véhicule stationné sur 
la piste cyclable dans l'Allée des Tamaris ! 


 
Accès au Pont de Mange Pomme derrière Port-Sud. Terrain inégal et boueux. 


 
Accès au Pont de Mange Pomme derrière Port-Sud. Terrain inégal et boueux. 


 
Accès au Pont de Mange Pomme derrière Port-Sud. Terrain inégal et boueux particulièrement 
dangereux de nuit. 
 


 
Chemin pour rejoindre Port-Sud. 


 
Accès au Pont de Mange Pomme derrière Port-Sud. Terrain inégal et boueux. 



 
 
 
Bornes béton devant le port technique. Si l'espacement permet le passage de tout type de vélo, leur présence est extrêmement dangereuses (angles, couleur). 


 
Plots en béton devant le port technique, sur la trajectoire d'accès à la rampe. Ces bornes 
ont été placées ici suite au festival de de théâtre de rue de Ramonville. L'espacement ne 
permet le passage que de vélo étroits, leur présence est extrêmement dangereuse et leur 
position inadaptée au passage des vélos en sécurité. 
 
 



Recommandations 
 
La largeur des voies cyclables est souvent inférieure à 1m. Les poteaux ou chicanes réduisent encore par endroit la largeur praticable, interdisant le passage à tout autre vélo qu'un vélo "traditionnel". Les vélos avec remorque pour enfant sont par exemple obligés d'emprunter les 
voies automobiles. 
 
La mise en état des aménagements suppose les modifications suivantes. 
 
Suppression de la chicane et de la buse béton de l'Allée des Tamaris. 
Suppression des poteaux métalliques de l'Allée des Tamaris. 
Mise en peinture des intersections dans l'Allée des Tamaris et rue Camille Claudel et marquage de 
la priorité de circulation des cycles (ceux-ci ne changeant pas de direction de circulation il n'y a pas lieu de les stopper), comme c'est le cas à la traversée du Chemin de Bordé Rouge et à la 
traversée du Chemin du Canal (par l'Allée des pommiers). 
 
 
Reprise du passage de l'Ensat vers le pont de Mange Pomme. 
Suppression des poteaux métalliques et affleurements sur le passage derrière Port-Sud. 
Remplacement des bornes en béton au niveau du port technique. 
 
Situation fin 2013 : Aucun des aménagements demandés n'a été réalisé. Les points 
dangereux n'ont pas été traités. 

LES RECOMMANDATIONS RESTENT DONC VALABLES DANS LEUR TOTALITE ! 
Suppression des plots en béton sur la rampe du port technique. Des discussions ont été 
engagées dans ce sens avec les responsables du port et la commune de Ramonville pour proposer des aménagement qui permettent à tous les usagers de se déplacer en sécurité. 

 


Arrivée sur l'avenue de l'Europe, entrée sud du Cnes. 
Analyse 
Cette portion comporte 6 chicanes doubles barrières autour du rond-point ! Ce sont des points de 
blocage pour les vélos. Les vélos traditionnels contournent habituellement ces points. Les vélos plus larges n'ont pas d'autre choix s'ils veulent passer. Il est surprenant de constater que ces équipements placés il y a peu stoppent les cyclistes. Il faut rappeler que le risque est endossé par les cyclistes. Ceux-ci ne s'exposent pas volontairement aux autos. Les ronds-points sont des zones de circulation où les automobiles doivent ralentir pour céder le passage, y compris aux 
cycles. La logique voudrait que le passage de ces derniers soit facilité, d'autant que le parcours est 
confondu avec les passages piétons, qui ont priorité sur les autos. 
 
Recommandations 
Suppression des chicanes avenue de l'Europe. 
Marquage des traversées de rue par damier vert et priorité aux cycles comme aux piétons. 
Suppression des panneaux de signalisation "Céder le passage" à l'attention des cyclistes. 
 
Situation fin 2013 : Les chicanes ont été supprimées au profit de poteaux en acier sombre. 
Si la situation s'est donc nettement améliorée pour le passage du rond-point, il convient de prendre en compte l'ensemble des recommandations. A savoir, séparation des passages 
piéton et traversée cyclistes, avec priorité aux deux. 

 



 
 
Le réseau de chicanes oblige les cyclistes à poser le pied ou à contourner les obstacles. La traversée se fait sur les passages piéton (prioritaires sur les autos) mais la signalisation demande aux vélos de s'arrêter. 
 

Version imprimable de cet article Version imprimable