Accueil > Articles divers > Infos-générales > Bilan Alternatiba

Bilan Alternatiba

L’heure du bilan
Avec une fréquentation avoisinant les 35 000 personnes sur les deux jours, c’est une ville moyenne, et non un village, qui s’est créée à Toulouse ce week-end là. Presque l’équivalent d’une commune comme Colomiers. L’une des fréquentations les plus importantes du tour Alternatiba, a-t-on dit. Les visiteurs ont pu arpenter les 200 stands groupés autour de 15 thématiques (éducation, médias, déchets et réemploi , agriculture et alimentation, habitat, climat, eau énergie & biodiversité, art et culture, solidarité et partage, économie et finances, mobilité et transports, démocratie et citoyenneté), assister à une quinzaine de tables rondes et conférences générales, à une cinquantaine de tables rondes ou débats sur l’ensemble des villages thématiques, à 70 ateliers, plus d’une vingtaine de concerts.

Sur le stand de 2P2R, l’affluence a été continue tout au long de ces deux jours. Les visiteurs, détendus et intéressés par les initiatives présentées, sont venus faire connaissance avec l’association, prendre des renseignements sur son rôle et ses activités, sur les balades nocturnes et du dimanche, évoquer la sécurité à vélo… L’occasion également pour nous de « préparer » quelques adhésions et proposer des guides du canal. 2P2R, par la voix de Guillaume, a débattu, avec d’autres acteurs des mobilités actives (RezoPouce, Vélorution, La Maison du Vélo, Pied d’Escal, Association des Paralysés de France) autour des sujets « Les modes actifs face aux nouveaux enjeux de la mobilité » et « Vraie ou fausse alternative des vélos à assistance électrique ? ». La vedette incontestée du stand aura sans aucun doute été la machine à graver « Bicycode » qui a attiré aussi bien les curieux que les initiés. Florian et Philippe ont ainsi gravé plus de 40 bicyclettes lors de la journée du samedi.

Pour 2P2R, le bilan de ce week-end a été positif. La manifestation fut un moment d’échanges chaleureux et constructifs grâce à la mobilisation du collectif Alternatiba, à la quantité et à la qualité des visiteurs, à la présence des bénévoles de l’association qui ont animé le stand. Merci à tous !

Le devenir d’Alternatiba Toulouse

Et maintenant ? L’idée n’est pas d’en rester là mais de poursuivre la mobilisation locale. Les idées fusent : faire de petits événements par villages (1 par mois par exemple), compatibles avec un grand événement ?
Une « Journée géniale » en janvier 2016 ? L’objectif est de former le grand public, malgré le succès des 2 jours de septembre, il reste beaucoup de monde à sensibiliser, informer : aller dans les quartiers populaires, soutenir des démarches de transition, enclencher des projets concrets. Il ne s’agit pas de faire concurrence avec des associations existantes, mais créer des synergies, garder le rôle de « rassembleur » : plate-forme pour les associations qui manquent de réseau, démarche ouverte si l’esprit correspond à notre charte (non violence, proposition d’alternative). Pour tout cela, il faut trouver un local permanent et pérenniser un emploi. La nouvelle coordination est l’organe de préparation des actions et plénières d’Alternatiba Toulouse. (extrait du compte rendu de réunion de bilan)


La COP21, les marches à Toulouse, à Paris et ailleurs…
Alternatiba continuera à porter les sujets de la transition économique, écologique et sociale sur le village des alternatives qui se tient en région parisienne en même temps que la COP21.
« À partir du lundi 30 novembre 2015 et durant onze jours, les chefs d’État de 147 pays se sont réunis à Paris pour la COP21, la plus grande conférence sur le climat jamais organisée.
Le temps presse : les climatologues le martèlent, la température a déjà augmenté d’un degré en un siècle, engendrant 20 millions de réfugiés climatiques par an, et les catastrophes naturelles se multiplient ! »
J’ai lu que le texte final dira que la marche et le vélo vont être vivement recommandés pour les déplacements ! Ah bon ? Alors, parlons de la ou des marches :


Les marches (coalitions COP21)

« Le week-end précédant l’ouverture, plus de 500 000 personnes à travers le monde ont marché pour le climat. À Melbourne, la plus grande manifestation pour le climat du pays a été organisée (60 000 personnes !), des dizaines de milliers de Philippins ont dansé dans Quezon City pour la justice climatique, les Égyptiens ont couru puis défilé dans les rues du Caire. Dans 175 pays, de l’Australie aux Etats-Unis, de Tuvalu au Pérou, toutes et tous ont demandé aux responsables politiques un accord qui limite le réchauffement de la planète sous les 2 °C. »
Dans les grandes villes de France, les marches ont été interdites. Elles ont été remplacées par des alternatives comme la chaîne humaine à Paris, qui a réuni près de 10 000 personnes entre le métro Oberkampf et la place de la Nation avec des affrontements directs avec la police et des arrestations et j’ai même vu des images de vélos molestés !
À Toulouse, les “Citoyens Coalisés pour le Climat 21” (pas de Coalition Climat 21 structurée au plan local) avaient prévu une marche non-violente, des animations alternatives dans divers endroits, mais tout a été interdit à la suite des massacres parisiens.
La section « piétons » de l’association 2P2R a suivi les réunions préparatoires mais, compte tenu de la tournure des évènements, n’a pas fait d’appel à ses adhérents. Coïncidence, tous les amateurs de promenade climatique dominicale (environ 3000 personnes) se sont retrouvés au lieu de rassemblement initialement prévu pour la Marche avant son interdiction. Après quelques flottements, une chaîne humaine s’est constituée rue d’Alsace, dans une ambiance sereine, suivie d’un sit in, de brèves prises de paroles, et d’animations (fresque à la craie au sol, présence du char initialement prévu pour le carnaval de la Marche). La majorité des participant-e-s, reflet de la diversité de la mobilisation climatique depuis Alternatiba, affichaient leur satisfaction de ce bon déroulement (malgré des moments d’improvisation !). Certaines organisations (un parti) avaient choisi de partir en manifestation depuis le même point sur des mots d’ordre plus “virulents”. Tout s’est bien terminé, malgré un moment de face à face entre cette manifestation et la police ».(extrait de compte rendu).

La coalition a prévu de rejoindre le Marché de Noël solidaire sur les allées Jules Guesde le samedi 12 décembre pour informer le public.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Mis à jour le dimanche 10 janvier 2016, par Françoise Chatenoud

Adhérez !

Accédez à la page ici

Archives

Par ici