Accueil > Archives > Actualités > Archives > Le Billet du Vélo > L’hyper-centre en grande partie zone piétonne !

L’hyper-centre en grande partie zone piétonne !

Les grandes villes européennes se caractérisent pour beaucoup par leur centre piétonnier et Toulouse fait exception. Les gens qui découvrent la ville rose en sont souvent choqués. Et pourtant les petites rues autour du Capitole, de Wilson, d’Esquirol, des Carmes, de St Georges ou de St Etienne s’y prêtent particulièrement.

Le lifting de la rue Alsace-Lorraine est insuffisant, toute la circulation dans le centre devrait être repensée. C’est ce que semble faire timidement la mairie qui vient d’annoncer une étude sur la circulation dans le coeur de la ville. En attendant ces changements, examinons tout de même la situation de quelques rues.

Tout d’abord, l’intérieur des boulevards est au minimum en zone 30. Mis à part des petits panneaux apposés à chaque rue, cette grande zone 30 est peu matérialisée et ne semble pas très connue au vue des vitesses constatées…

Dans l’hyper-centre, on trouve ces fameuses « zones à priorité piétonnes » qui m’ont toujours semblé être dans la pratique des zones à priorité automobiles… En effet, les chaussées sont bordées de potelets qui délimitent des trottoirs minuscules. Les piétons n’ont qu’à se serrer et les voitures passer… Mais les voitures ont-elles vraiment le droit d’y rouler ?

Étude de cas...

Passons sur ce panneau inventé...



Il est précurseur de la zone de rencontre mais peu clair quand aux droits et devoirs de chacun...

Voyons une rue piétonne, rue St Rome.



La signalisation est claire : panneau carré de zone piétonne impliquant de fait une circulation interdite aux voitures sauf autorisation sur panonceau (ici riverains et livraisons).
p/>
La précision du pictogramme « interdit aux voitures, motos et cyclos » est ici redondante.


Quant à la limitation de vitesse, elle est théoriquement la vitesse du pas.
p/>
On remarquera des voitures en stationnement, ce qui est strictement interdit en zone piétonne.

Voyons une autre rue, celle du Taur.



La signalisation est aussi claire : panneau carré de zone piétonne avec accès limité aux livraisons (camions inférieurs à 9m et à 10 km/h).


Règlementairement, les automobiles n’ont pas droit d’y circuler.


On devrait donc pouvoir considérer la rue du Taur comme une rue piétonne.

Rappelons que les zones piétonnes sont autorisés aux vélos, à la vitesse du pas…

Cette anecdote sur l’incohérence signalisation – usage réel pour tacler nos élus. Récemment, dans le cadre de la semaine du développement durable, M. Marquié, adjoint aux transports, a montré une volonté de réellement sortir la voiture du centre, expliquant également que les couloirs de bus alias « couloirs de la mort » ou les bandes cyclables étaient des aménagements non satisfaisants pour les cyclistes. Cela pose évidemment le sujet de la place des usagers les uns par rapport aux autres. Si ces aménagements sont insatisfaisants c’est inévitablement que les modes doux doivent prendre de la place sur la voiture. Je ne vois pas comment résoudre l’équation autrement.

On entend parler de piétonnisation et de modes doux à chaque réunion publique, mais il serait temps de passer à l’action. Au delà du problème lié parking du Capitole, il s’agirait de remplacer et faire respecter quelques panneaux pour rendre piétonnes des rues comme celle du Taur ou des Filatiers (entre autres)… à moins qu’il faille surtout du courage politique pour affronter les habitudes et leurs partisans !

Version imprimable de cet article Version imprimable

Mis à jour le vendredi 23 avril 2010, par Sebastien Bosvieux

Adhérez !

Accédez à la page ici

Archives

Par ici