Accueil > Archives > Actualités > Archives > Le Billet du Vélo > Des vacances instructives

Des vacances instructives

Freiburg, écoquartier de Vauban Mes vacances d’été m’ont été spécialement enrichissantes, sur le plan de la mobilité urbaine en général et cycliste en particulier. J’ai en effet passé quelques jours en Alsace, l’occasion de déambuler à Strasbourg, Colmar mais aussi Freiburg-im-Breisgau en Allemagne.

Je suis allé à Freiburg en train, malheureusement sans le vélo (il faut prendre un bus sur la partie française). L’arrivée est très impressionnante avec des parkings remplis de vélos à vous faire tourner la tête. Les vélos sont partout, les piétons aussi, les voitures sont cantonnées à la périphérie. Et encore, un petit tour dans l’écoquartier de « Vauban » montre qu’elles sont quasi absentes de ce quartier basé sur la collectivité. Et puis pas besoin de quilles rétractables ou de potelets pour interdire les voitures, elles ne le sont pas !

Freiburg, centre

A Strasbourg, la première impression fut différente. C’est à vélo en sortant de la gare que je la découvre et les premières rues vers le centre sont pleines de véhicules stationnés anarchiquement. Malheureusement, c’est l’heure des livraisons et cela ressemble à un grand fouillis, passons...

Freiburg, gare
Au fond, le parling vélo couvert et surveillé, en bas les quais train et sur la passerelle, piétons, cyclistes et tram.

Ceci mis à part, ce qui « choque » à première vue, c’est qu’il n’y a pas beaucoup d’aménagements type marquage ou pistes pour les cyclistes (ni même d’interdictions autres que par panneaux pour les voitures) . Pas de vélos en location automatisés comme les « Vélotoulouse » mais en revanche il y a des cyclistes partout, des parkings partout (et particulièrement garnis) et surtout pratiquement aucune voiture !
Les espaces sont partagés entre piétons, cyclistes et même tramway. Pour le Toulousain culturellement peu capable de cohabitation pacifique avec les autres usagers (il faut bien lui faire distinguer l’espace de chacun avec des lignes, des poteaux et autres marquages), c’est déroutant. Je ne me sens pas à l’aise. Peur que les piétons fassent des écarts, peur qu’un tramway surgisse quand je roule entre les rails. Pourtant tout semble baigner. Les piétons ne font guère attention aux cyclistes, ils suivent leur chemin sans hurler de peur dès qu’ils voient un vélo et les cyclistes s’adaptent tranquillement.

En revanche dès qu’on sort du centre les aménagements sont présents, continus et surtout jalonnés. Il existe des itinéraires fléchés et cohérents (en passant par des rues non aménagées ) mais qui vous mènent de manière sécurisée et agréable d’un point à un autre sans vous laisser à l’abandon dans un grand boulevard au bout de quelques hectomètres. J’oubliais, les Tram acceptent les vélos hors heures de pointe et à l’arrière, et ça semble bien se passer.

Itinéraires cyclistes Bien évidemment il y a une histoire de culture là dedans, de passé cycliste de la ville. Le cycliste appelle le cycliste et la cohabitation entre tout doucement dans les mœurs. Mais ce que je retiens principalement de ces quelques jours dans l’Est, c’est qu’une politique cyclable efficace se caractérise par :

- réduction de la vitesse entre usagers et donc de la voiture (et mieux l’interdiction de cette dernière)

- cohérence et continuité des aménagements avec des itinéraires structurants et jalonnés

- parkings à vélo bien répartis et pratiques

- cohabitation des usagers. Il ne s’agit pas de les cantonner dans leurs aménagements respectifs presque les uns contre les autres, mais les amener à « vivre ensemble ».

Je vous conseille de lire à ce sujet l’intervention de Marc Rivière (« les ambiguïtés et les effets inattendus de la séparation des espaces ») à l’occasion du séminaire de juin sur les mobilités organisé par le Pôle régional d’échanges sur le développement et l’aménagement en Midi-Pyrénées (PREDAT). On en reparlera certainement.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Mis à jour le mardi 18 août 2009, par Sebastien Bosvieux

Adhérez !

Accédez à la page ici

Archives

Par ici