Accueil > Archives > Actualités > Archives > Le Billet du Vélo > Le vélo comme moyen et non comme fin

Le vélo comme moyen et non comme fin

Déménager ? en voiture bien sûr, mieux en camionette ou en camion. C’est une évidence. Et à vélo, avec une cariole ? Cela paraît tellement excentrique dans notre société pétro-dépendante que l’on n’y pense même pas. Et pourtant c’est bien une telle demande reçue par mail qui m’a fait réfléchir. Et si le vélo devenait un moyen de faire et non une fin en soi ?

Depuis quelques temps, les activités économiques qui utilisent le vélo se multiplient. Bien sûr, elles restent marginales. Il suffit de voir à quoi ressemblent nos rues en journée, et en particulier la rue Alsace Lorraine, véritable parking d’artisans et autres "professionnels". On n’est encore loin de l’époque où les emplacements livraisons seront plein de vélos utilitaires !

Que l’on m’excuse pour mon manque d’exhaustivité, ce n’est pas le but, je vais essayer de dresser une petite liste des activités économiques qui utilisent le vélo à partir de ce que j’ai pu voir par ci par là.
Sur le plan des livraisons, on peut noter une pizzéria aux Carmes qui livre à vélo, tout comme le fromager Xavier. Les livraisons douces sont aussi la spécialistés de messageries telles le coursier Greencourses ou Cyclotransport pour les plus gros colis.
On remarquera également régulièrement au centre ville un bar ambulant qui propose café et thé sur un vélo équipé.
Parmi les initiatives, on peut également citer un porteur d’eau qui, avec son triporteur, propose de transporter les packs d’eau aux personnes effectuant leurs courses à pieds ou à vélo.
Le taxi vélo est également une activité qui fonctionne bien, elle est assurée à Toulouse par Cycloville.
Et pourquoi pas un plombier à vélo ? Les Zéco Plombiers l’ont fait !

Quand le vélo devient un outil de travail et non un loisir ou une utilisation en tant que telle, alors toute la philosophie change. On passe alors réellement à un moyen de transport dont les qualités de praticité, rapidité, économie d’argent en font un véritable allié d’une structure à vocation économique. Les politiques cyclables des collectivités doivent s’y adapter et l’encourager : des itinéraires continus, jallonés, rapide et rendant le vélo réellement concurrentiel de la voiture. Le cycliste n’est plus qu’un flaneur qui fait sa promenade du dimanche et serpente sur des petits bouts de pistes tracées sur les trottoirs et ponctuées de chicanes, bordures et cédez le passage.

Alors, des artisans à vélo sur la rue Alsace Lorraine, c’est pour quand ?

Version imprimable de cet article Version imprimable

Mis à jour le lundi 6 juillet 2009, par Sebastien Bosvieux

Adhérez !

Accédez à la page ici

Archives

Par ici